lundi 28 octobre 2013

La théorie du complot selon les ONGEnvironnementalistes


De l'usage de la théorie du complot, cas d'étude français : Bloom Association.

Bloom Association est l'une des seules "petites" ONGE à être membre  des 4 coalitions menées par PEW, à la fois : OCEAN2012, Deep Sea Conservation Coalition, Shark Alliance et Antarctic Ocean Alliance. La relation de Bloom Association à la théorie du complot est emblématique de la manière dont les ONGE utilisent cette notion. Vous la trouverez aussi chez Greenpeace, WWF, etc.  Si la théorie est agitée par les ONGE pour se défendre des critiques, comme le montrent les tweets ci-dessous, elles sont les premières à l'utiliser pour porter émotionnellement leurs attaques médiatiques. La représentation professionnelle pêche en particulier devient dans leur propos une hydre malfaisante alors qu'elle est élue, qu'elle comprend tout les types de pêche, et qu'elle est légalement impliquée dans toutes les questions portant sur l'aménagement des pêcheries notamment côtières. Elle devient donc dans la dialectique ONGE  "le lobby de la pêche industrielle". Ce lobby est capable tout à la fois d'avoir à sa botte (1) les politiques, (2) les instituts de recherche, y compris les instituts internationaux qui fondent les avis sur les quotas, (3) les ministres, (4) les organismes de certification, et même (5) les médias régionaux ou spécialisés "achetés" par leurs annonceurs. La survie financière de Ouest France dépendrait ainsi des financements publicitaires de l'ensemble de la filière pêche française. 


    Nous verrons dans cet article comment l'ONGE française Bloom association, portée par la fondation américaine PEW utilise la théorie du complot sur différentes thématiques :
    • Blue Charity Business
    • Les médias régionaux "achetés par le lobby de la pêche industrielle"
    • Thalassa aussi
    • Et la science (IFREMER) ?
    • Les élus des littoraux
    • Après les eurodéputés, le Ministre et le Président
    • N'oublions pas l'écolabel MSC
    • Un petit interview de cloture

    Bloom Association et sa directrice Claire Nouvian utilisent la théorie du complot pour justifier leurs positions lobbyistes et démonter les argumentaires contradictoires. Aucun de ses propos sur twitter n'a été déformé. Les liens vers les textes d'origines sont objectivement vérifiables. Autant que possible le contexte est rappelé et le lecteur a la possibilité de le vérifier ainsi que les liens et positions de Bloom en allant sur le compte twitter de @ClaireNouvian.

    BLUE CHARITY BUSINESS

    Nous commencerons par les réactions de Bloom concernant le rapport Blue Charity Business et ses auteurs. Ce rapport est très probablement considéré comme une menace quant au décodage apporté sur les relations entre ONGE et fondations caritatives, notamment américaines, et sur la géostratégie de leurs activités.


    Ce  dernier tweet un peu énigmatique fait référence au texte de la plateforme des petits pêcheurs, qui fait mention du soutien de la fondation Total ("le black Charity business") apporté à la pêche française (financement de formations à la sécurité en mer). L'exposition Abysses réalisée par Bloom/Mme Nouvian a également bénéficié du soutien appuyé de la même fondation Total, ainsi que d'actions de promotion notamment au Maroc. Par ailleurs, en regardant cet l'article de la plateforme, vous trouverez cette mention "Le rapport du consultant Yann Giron est un bon rapport : il nous éclaire sur ces changements du monde, et nous invite à en tirer les leçons." Que chacun se fasse son opinion, mais renseignez-vous également sur qui est Pêche et Développement, ou plutôt Alain Le Sann qui est la véritable cible de cet article de blog, vous verrez qu'il n'a pas de preuves à apporter à quiconque sur son engagement de longue date en faveur de la petite pêche ("Pêcher pour vivre" date de 1994...).

    LES MEDIAS REGIONAUX "ACHETES" PAR LE "LOBBY DE LA PECHE INDUSTRIELLE"

    Dans le registre des médias techniques ou régionaux achetés par le(s) lobbies de la pêche, nous avons Le Marin et Ouest France.



     Alors même que ces médias ont ouvert leurs pages pour que Bloom puisse s'exprimer.



    THALASSA AUSSI



    En octobre 2010, Claire Nouvian a adressé une lettre ouverte à Thalassa en réaction à un reportage, "Les derniers Mohicans" sur une présentation de son action qui ne lui convenait pas dans un sujet sur la pêche profonde. Cette lettre ouverte a été postée sur le blog de la rédaction. Thalasse lui répondra :

    "Réponse de la rédaction de Thalassa à l'attention de Madame Claire Nouvian.
    Nous ne rentrerons pas dans les multiples dossiers techniques que vous ouvrez : une mission dite « pêche profonde » à laquelle vous participiez et dont vous avez démissionné, a tout au long de l’année 2010 travaillé sur ce sujet. Elle réunissait scientifiques, élus, professionnels de la mer et représentants de différentes ONG environnementalistes. Au terme de nombreuses auditions, cette mission a remis un rapport ; il a conclu à la poursuite de cette activité de pêche.

    Pour revenir au métier qui est le nôtre – le journalisme – et face à vos accusations injustifiées de manipulations, nous souhaitions vous rappeler qu’à aucun moment vous n’avez été privée d’expression dans ce reportage : vous intervenez à plusieurs reprises, vos accusations contre ce type de pêche sont lapidaires et il est difficile aujourd’hui de nous accuser d’avoir censuré ou dénaturé vos propos.

    La parole des opposants à ce type de pêche va bien au-delà de vos interventions puisqu’il  figure dans ce reportage de larges extraits d’un film réalisé et fourni par Greenpeace : « The bottom line », documentaire engagé pointant du doigt les méfaits du chalutage profond.
    Ainsi, nous n’avons pas occulté cette image : un pêcheur rejetant à la mer un morceau de corail remonté des grands fonds. Sans équivoque, nous avons aussi établi auprès de nos téléspectateurs le caractère destructeur de ce type d’engins de pêche.
    Avouez que pour un film de « propagande pour la pêche profonde », comme vous le dites, le montage de ces images a de quoi surprendre.

    Vous nous accusez de partialité. Et pourtant, les représentants des pêcheurs que nous avions rencontrés au cours du tournage ont déploré que ne figurait pas dans ce reportage le travail scientifique réalisé depuis des années à leur initiative : le recensement et la mise en mémoire de plus de 26000 traits de chaluts ; une banque de donnée essentielle à laquelle les chercheurs d’IFREMER ont accès ; une mine d’informations pour les scientifiques. Mais il est malheureusement vrai que tous les armements de pêche au monde ne font pas preuve d’une telle transparence.

    Par ailleurs, au-delà des querelles scientifiques, il nous semblait opportun que les études du département d’halieutique de l’Ifremer de Nantes figurent dans ce reportage par la voix de Mr Pascal Lorance. Libre à vous de contester ce travail conséquent et reconnu.
    Sur le plan éthique et déontologique, vous accusez l’émission Thalassa de partialité et d’à priori anti-environnementalistes. Pour mémoire, en 2008, lors de notre saison nommée « Les  sentiers du littoral » où pendant neuf mois nous avons suivi semaine après semaine le littoral français, il nous a souvent été reproché un parti-pris pro- environnemental. C’était là encore un procès d’intention.

    Il semble aller de soi, selon vous, que puisque ce reportage ne condamne pas la pêche des grands fonds, il devient ipso-facto un plaidoyer en sa faveur.


    Cette logique binaire n’est pas la nôtre.
    Faire la part des choses auprès des téléspectateurs est notre devoir. Il l’est pour le sujet des poissons de grands fonds comme pour celui des victimes des essais nucléaires de Mururoa ou des clandestins du Golfe d’Aden.

    Enfin, si vous avez bien-sûr le droit de ne pas être d’accord avec un reportage qui ne va pas dans le sens de vos convictions, il est en revanche intolérable de porter publiquement une accusation lourde en parlant de « faute professionnelle ». Ecrire et porter en public des mots aussi graves à l’encontre d’une équipe de journalistes relève de la diffamation."


    ET LA SCIENCE (IFREMER) ?

    En matière de sciences, la participation aux alliances d'ONGE portées par PEW a aussi rendu plus facile l'accès au science-based-lobbying, financé par PEW. Autrement dit le soutien financier de PEW ou du Lenfest Ocean Program (dont la gestion est confiée à PEW) à des laboratoires universitaires américains et canadiens, ou à des militants environnementalistes. Leurs résultats sur les grands fonds sont présentés comme opposés aux résultats des groupes de travail internationaux et nationaux de recherche publique. La cible en l’occurrence a été et est encore IFREMER, qui gène beaucoup car elle ne soutient pas en tant qu'institution le lobbyisme de Mme Nouvian. Elle ne soutient d'ailleurs pas non plus la pêche des grands fonds selon nous, même si Mme Nouvian affirme le contraire. Vous noterez la tension apportée sur la direction d'IFREMER. Lisez la note explicative d'Ifremer.

    Bon il s'agissait de la publication de la mise à jour d'une note technique d'Ifremer de juin 2013, librement accessible sur le site d'Ifremer. cf infra.


    Il s'agit de l'actualisation d'une note d'IFREMER sur l'état des stocks de poissons de grands fonds, qui ne va pas dans le sens du lobbying de Bloom puisqu'elle annonce une amélioration des 3 principaux stocks exploités au niveau du maximum de pêche durable. La référence à la science d'Etat, c'est en opposition à la science financée par PEW.

    Il s'agit bien ici d'une tribune de deux scientifiques militants, ce qui est tout à fait respectable, qui reprennent les arguments lobbyistes. Les Watling est également PEW Marine Fellowship (1998). Son université reçoit régulièrement des financements de PEW. Et il est impliqué de longue date dans le science-based-lobbying de la Deep Sea Conservation Coalition, comme ici en 2011. Il publie aussi des tribunes militantes dans Nature (celle-ci date du 4 septembre 2013). Il ne s'agit pas d'une publication, mais bien d'une simple tribune.



    Tant qu'on y est, voici un autre point de vue sur les aides d'Etat : La pêche subventionnée à 100% ?

    Dans ces propos, les citations personnelles sont directes.

    Alors qu'elle accuse Le Marin de lancer la chasse aux sorcières
    A ce sujet, voir l'article Les Faux Monnayeurs du FEAMP
    L'article du Marin mis en question est le suivant : Les ONGE mobilisent des scientifiques contre les subventions à la pêche, où le scientifique montré, M. Philippe Cury, chercheur de l'IRD et membre du Lenfest Forage fish task force [gestion PEW], s'exprime en son nom propre de militant, comme ce fut le cas en 2009 au grenelle de la mer, lorsqu'il a siégé comme représentant de la Fondation Nicolas Hulot (Fondation pour l'Homme et la Nature).


    LES ELUS DES LITTORAUX

    Nous avons ensuite les prises de position contre les élus des littoraux, de gauche comme de droite, tout en préservant malgré tout les élus d'Europe Ecologie Les Verts, du Pays de Lorient.




    "On dirait bien que Chris Davies va se faire le champion du règlement grands fonds [contre le chalutage], contrairement à Stevenson". Chris Davies ? C'est l'eurodéputé anglais qui défend avec opiniâtreté les emplois de l'offshore pétrolier britannique en défend les intérêts de Royal Dutch SHELL. Cf. la fin de l'article rapport IPSO - Blue Charity Business au travail - Pétrole et gaz offshore.
    En parlant de Pétrole, notons également le silence assourdissant de Bloom Association sur cette thématique, alors même que les zones fréquentées par les chalutiers sont promues à un fort développement du pétrole et du gaz offshore cf :  Pétrole et Gaz offshore européen, rush sur les grands fonds. Bien au contraire, les documents diffusés par la Deep Sea Conservation Coalition  mentionnent que le chalutage de fond a beaucoup plus d'impact que toutes les autres activités combinées tels que la pose de câbles sous-marins et l'exploitation pétrolière.p2, fin de l'alinea 2. Noter aussi à la fin de ce document que si vous voulez des informations sur la DSCC à laquelle appartient Bloom Association, il faut contacter le PEW trusts.

    Bon, soit on n'a pas la même notion de la démocratie, soit il semble que la démocratie c'est tout de même l'expression de tous les points de vue, y compris ceux d'élus qui estiment que la question sociale pèse aussi, et pas seulement que pour l'offshore pétrolier.

    Voici le dernier article (4 octobre 2013) sur la prise de position des élus EELV du Pays de Lorient. "Europe Écologie - Les Verts (EELV) du pays de Lorient n’est pas opposé à la pêche des grands fonds si celle-ci reste cantonnée à des zones bien identifiées." Certes les écologistes militent pour une interdiction de la pêche des grands fonds, au nom de la préservation des écosystèmes. Mais EELV du pays de Lorient apporte sa nuance : « Une fois l’interdiction posée, on autorise la pêche dans certaines zones, bien connues, à condition bien sûr d’assurer un suivi scientifique. » Cet article n'a pas été relayé à notre connaissance par Bloom Association, il ne fait pas mention explicite de l'interdiction du chalut.

    APRES LES EURODEPUTES, LE MINISTRE ET LE PRESIDENT



    "Objectif tuer" ? La suite arrive :


    Bon, 3 mois plus tôt on avait :



    Enfin le couplet classique





    Et enfin, quand on reçoit la représentation professionnelle, dans une période où de nombreuses représentations professionnelles de tous les secteurs de l'économie bretonne sont reçues (préparation d'un plan de relance global de l'économie de cette Région). En lisant d'ailleurs l'article mis en lien (à la fin), vous verrez que la personne interviewée n'appelle pas à manifester.



    N'OUBLIONS PAS L'ECOLABEL MSC

    Comme la fondation PEW, Bloom a une position forte contre l'écolabel MSC.
    L'utilisation de la notion de "société civile" ne renvoie pas à des élus démocratiquement élus, mais à la théorie américaine des groupes d'intérêts, qui considèrent que le débat démocratique peut aussi s'effectuer dans d'autres arènes sociales que celles des élections. Bref, cela renvoie vers elle et la fondation PEW, que Marc Dowie a appelée "philantocratique", mot valise soudant "philantropie" et "technocratie"

    Lors de la décision du jury de déontologie publicitaire, le 21 juin 2012, Bloom avait produit le communiqué de presse suivant visible aussi sur la page facebook. Il dit :

    "Quant à « l’auto-label », tel que le Jury désigne le logo « pêche responsable » d’Intermarché, il s’est fait épingler pour sa « forte ressemblance avec le label du MSC», mondialement connu et qui certifie, lui, une « pêche durable » et non une pêche « responsable ».

    Notons d'ailleurs que ce communiqué de presse annonce en contact média "Patricia Roy"  de "communications inc", agence de communication de PEW.

    Quant à l'avis original du jury de déontologie publicitaire, vous le trouverez ici, et vous pourrez faire le comparatif entre le communiqué de presse de Bloom Association/PEW/Claire Nouvian, qui est le document sur lequel se sont basés les principaux média nationaux, et le contenu effectif.


    UN PETIT INTERVIEW POUR FINIR

    Cet interview a été réalisé lors de l'introduction de Mme Nouvian au sein de la fabrique écologique, un "think tank", c'est-à-dire un groupe de réflexion et de lobby, français. A mettre en perspective avec les textes ci-dessus moins travaillés au niveau médiatique. La pêche c'est vers 04.38.

    Interview de Claire Nouvian par lafabriqueecologique

    APPROFONDIR

    • Les pêcheurs, témoins gênants d'une nouvelle guerre économique (Octobre 2013)
    • Pétrole et Gaz offshore européen, rush sur les grands fonds (Mai 2013)
    • PEW, la pieuvre qui n'aime pas la pêche (Janvier 2013)
    • Blue Charity Business suite 2 (Janvier 2013)
    • PEW C2ES : une mine d'or sur les énergies fossiles (pétrole et gaz naturel) (Juin 2013)
    • Ocean Arctique : les menaces de PEW sur la pêche (Avril 2012)
    • Les coalitions d'ONGE pilotées par PEW (Mars 2013)
    • L'environnementaliste Claire Nouvian obtient la bourse PEW Fellowship in Marine Conservation 2012 (Fev 2012)
    • Les membres français d'OCEAN2012 (secrétariat et communication PEW)
    • Les membres de la coalition PEW : Deep Sea Conservation Coalition 
    • Les partenaires de Antarctique Ocean Alliance pilotée par PEW
    • Les partenaires de Shark Alliance pilotée par PEW   
    • La réforme de la PCP organise le démantèlement de la pêche bretonne (Février 2013)
    • Influence du vote du 6 février 2013 (Février 2013)
    • Blue Charity Business ... in Brussels - semaine 7 (Février 2013)
    • Attaque contre le poisson MSC sur front de pêche durable (Septembre 2010)
    • C'est quoi le Blue Charity Business (Novembre 2012)
    • Base de données des dons du Blue Charity Business (Février 2013)