vendredi 26 avril 2013

Comment faire du BLUE LOBBY

Translation : google translation + original (USA): How to lobby

Illustration de garde de "l'art du lobbying,
construire la confiance et vendre des politiques".
Ce livre décrit lui-aussi des techniques de lobbying.
Petit guide en 10 étapes sur comment faire un rendez-vous de blue lobby. Ce vademecum a été probablement produit vers 2005, pour le blue lobby auprès des parlementaires et sénateurs américains. Changer "Sénateur" par "Député européen", "Parlementaire" par "élu national". Ce texte "blue lobbys pour les nuls" est totalement applicable aujourd'hui.

Si vous êtes un élu, vous découvrirez comment et pourquoi vos rendez-vous avec des blue lobbystes se font à plusieurs. Pourquoi il existe une coordination entre les différents groupes de blue lobbystes. Pourquoi vous, élu, êtes une cible.  

Le film Brussels Business rappelait que les plus grandes zones d'activité lobbyiste sont Washington DC et Bruxelles. Ce film est aussi né d'une volonté de certains lobbyistes de démystifier leur activité. Pour un lobbyiste, leur activité est noble car elle leur permet d'éduquer des élus non spécialisés. En témoigne aussi de nombreux ouvrages tels que celui mis en illustration, pro-lobbyiste. Et pour une ONG Environnementale [ONGE], son activité lobbyste est vécue exactement de la même manière, ainsi que comme un contre pouvoir contre d'autres lobbys. Petit à petit cette activité se noie dans une opacité et dans la techniques de l'action communicante de lobby. ONGE et entreprises utilisent les mêmes outils de lobby, les mêmes ficelles de communication. Les ONGE estiment probablement que leur activité de lobby est plus légitime que celle des industriels. Très bien. Mais que dire quand les financements des activités des ONGE sont eux mêmes entre les mains d'intérêts industriels. Qui est le contre pouvoir de qui ?



ELEMENTS DE CONTEXTE


Ce texte est issu d'un site internet d'un mouvement environnementaliste américain : The BLUE FRONTIER CAMPAIGN, qui a travaillé en coordination avec PEW pour permettre la modification de la loi américaine des pêches en 2006 (Magnuson-Stevens Fishery Conservation and management Act). [rappel : le changement de la loi des pêches a servi de modèle pour la réforme 2012 de la Politique Commune des Pêches. Jusqu'à présent, la réforme de la PCP suit exactement la même procédure et la même implication, la même activité lobbyiste des blue lobby. Nous pensons qu'elle a servi de prototype pour l'Europe et d'autres zones comme certains pays d'Amérique latine et ailleurs.

Ce texte est un des deux guides développés par cette campagne. Il explique comment il faut réaliser une visite de lobbyiste à un élu, avec ses petits trucs. Si vous êtes un élu, un Membre du Parlement Européen ou un parlementaire d'une autre assemblée, ce texte va certainement vous rappeler certains points de votre dernier entretien avec un bluelobbyiste. Vous comprendrez aussi pourquoi ils sont rarement seuls à vous rendre visite. Certes, il faut pouvoir faire la photo finale de l'entretien pour la poster ensuite sur Facebook ou Twitter. Mais la technique est en fait codifiée. Le deuxième guide vous sera traduit ici.


COMMENT REUSSIR SON ENTRETIEN LOBBYISTE - RECETTE EN 10 ETAPES


Ten Steps to a Successful Congressional Lobby Visit
FROM: BLUE FRONTIER CAMPAIGN

traduction française du Blue Frontier Campaign [lien vers le texte original en Anglais] [lien vers le site internet]

"Un des moyens les plus efficaces d'influencer un élu ou un député est le lobbying - rencontrer personnellement cet élu ou son assitant et promouvoir son point de vue sur une réforme d'une politique particulière. Une visite de lobby doit être planifiée, soit dans les bureaux à Washington DC, soit dans ses bureaux dans les Etats ou les Districts [note de traduction  : remplacer Washington DC par Bruxelles et les autres niveaux géographiques par Etats membres européens, Région, etc.].

Le but final est de développer et de renforcer votre relation avec l'élu, de manière à ce qu'il ait une attention toute particulière sur vos enjeux - dans ce cas la protection et la restauration l'America blue frontier.

AVANT LA VISITE DE LOBBY


1°) Préparez-vous pour le rendez-vous


Les visites de lobby gagnantes n'existent pas en tant que tel. C'est à vous d'en faire un succès total, en les préparant. En réalité, on n'en fera jamais assez en matière de préparation :  le plus vous vous préparerez ou vous vous entrainerez, le plus vous serez en capacité de mener l'entretien et de gérer les situations inattendues lors de la visite.

Votre groupe qui participera à la visite de lobby doit réaliser au moins une séance de préparation. Idéalement cette réunion de préparation se fait par une réunion physique du groupe, au pire par téléphone.

Lors de cette scéance d'entraînement, vous devez :
  • Décider des points de la politique que vous voulez traiter. N'essayez pas de traiter plus de 2 enjeux dans la même visite. Vous risqueriez de perdre l'attention de votre interlocuteur et de diminuer votre impact lobbyiste. Il vaut mieux planifier plusieurs rendez-vous que d'essayer de tout traiter en une fois. Assurez vous que chaque participant à cette réunion de préparation soit bien en phase sur l'objectif de la visite de lobby.
  • Désigner une personne qui gèrera la logistique du rendez-vous. Cette personne s'assurera que le groupe rencontrera le bon assistant parlementaire, si le rendez-vous n'a pas lieu directement avec l'élu. Pour vous aidez à vérifier si vous avez identifié le bon interlocuteur, ou si vous ne devez pas proposer à d'autres attachés parlementaire de participer à la réunion, vous devez prendre contact avec d'autres organisations partenaires qui réalisent également du blue lobby à Washington DC [Bruxelles].
  • Faire en sorte de disposer d'un annuaire à jour des contacts parlementaires. Ces petits livres sont une mine d'information sur la manière de contacter un parlementaire, sur les comités auxquels il ou elle participe et quels sont les assistants parlementaires clés.
  • Ne pas hésiter à demander de l'aide ou des informations à d'autres personnes. Vous pouvez ainsi récupérer des informations utiles sur le Parlementaire ou ses assistants à partir d'autres personnes qui les ont déjà rencontré sur d'autres sujets : d'autres ONGE, des membres de comités de direction [lobbystes privés]. Les organisations nationales du blue lobby peuvent avoir aussi des informations. Souvenez-vous, l'information c'est le pouvoir.

2°) N'oubliez pas, ceci est votre rendez-vous - répartissez les rôles entre les personnes de votre groupe et entraînez-vous avant l'évènement.


Vous devez essayer de faire une répétition avant la visite de lobby. Les points suivants sont les différents rôles qui doivent être assignés et maîtrisés par les membres de votre groupe (si le groupe est petit, des membres devront assurer différentes fonctions).

"un responsable de séance"

Il est absolument essentiel que quelqu'un soit responsable du bon déroulement de l'entretien, de la manière la plus fluide qui soit. Le mieux est de choisir soit la personne de votre groupe qui maîtrise le mieux le point de politique qui sera développé, soit celle qui a déjà un historique de relations avec l'élu rencontré. Parmi les fonctions que doit assumer le responsable de séance, on compte notamment : 
  •  L'ouverture de l'entretien : le responsable doit introduire brièvement le sujet et donner l'opportunité aux autres membres de votre groupe de se présenter individuellement. Si votre groupe est trop grand pour rendre possible une présentation de tous les membres, le responsable se préparera pour réaliser une présentation globale.
  • L'orchestration du rendez-vous : les membres du groupe doivent avoir l'accord du responsable avant de prendre la parole pour approfondir certains points, répondre à l'élu/assistant, donner un point concrêt, raconter une histoire.
  • Le maintien du rythme : le responsable doit s'assurer que l'entretien ne déborde pas le délai prévu initialement [une piste utile : si plus de 15 minutes se sont écoulées sans que le groupe n'est réussi à identifier un point d'accroche, OU si la moitié du temps alloué par l'élu/assistant à l'entretien est dépassé, vous devez accélérer]
  •  Faire en sorte que l'élu ou l'assistant vous doive une réponse et fixer les étapes suivantes : le responsable doit obtenir une réponse aux demandes du groupes et clarifier les étapes suivantes (par exemple l'assistant contactera le responsable avec une réponse, est-ce qu'un rendez-vous de suivi sera être fixé, etc.)

"un responsable de communication"

Le responsable de séance peut décider d'assurer cette fonction, à savoir organiser et contrôler que l'élu/l'assistant se voit bien remettre tous les documents de communication/lobbying dont le groupe dispose. 
[une piste utile : Les élus en tant que tel sont généralement moins enclins à lire les documentations de communication, contrairement aux attachés parlementaires. Il vaut donc mieux limiter les documents à soumettre aux élus lors des entretiens - les documents de lobbying les plus importants peuvent être envoyés par la suite aux assistants dans le cadre de vos échanges de suivi réguliers avec eux.

"un secrétaire de séance/preneur de notes"

Quelqu'un doit être désigné pour prendre des notes précises sur ce qui a été dit, et en particulier sur les questions soulevées et les promesses, les engagements de l'élu ou de ses assistants. Le groupe doit ensuite réaliser une réunion de débrieffing post visite, pour laquelle ces notes doivent être valorisées.

"des poseurs de questions, des répondeurs aux questions"

Le groupe doit désigner des personnes qui poseront des questions spécifiques et/ou prépareront des réponses aux questions difficiles de l'élu/assistant telles que l'on peut les anticiper à partir des problématiques que vous allez poser.

"des conteurs"

Une tactique très efficace pour défendre votre point de vue sur une réforme politique, c'est de la porter à travers des histoires réalistes, qui ont l'apparence du vécu, sur les succès concernant la restauration des océans et des zones côtières. Idéalement, le groupe doit préparer un ou plusieurs témoignages des acteurs listés ci-dessous concernant les points ou les programmes dont vous allez discuter avec l'élu/assistant :
  • un usager de l'océan (que ce soit de loisir ou pour en tirer des moyens d'existence)
  • un résident des zones côtières (en particulier les résidents de longue durée qui ont pu constater les changements)
  • une personne locale qui dépend de l'exploitation commerciale des océans
  • des représentants officiels des administrations, du gouvernement à l'échelle locale ou nationale.

PENDANT LA VISITE DE LOBBY


3. Identifiez-vous ainsi que tous les points d'influence que vous avez avec l'élu


Décliner des noms et mettre en avant ses relations n'est généralement pas considéré comme polis, mais dans le cadre d'une visite de lobby c'est très payant.

En particulier, et surtout lors d'une première visite à un élu, il est très important de faire connaître à l'assistant les moindres connections personnelles que vous avez, soit à titre individuel, soit au titre de votre organisation. Ceci vous donnera une crédibilité avant même que vous rentriez dans le coeur de votre réunion.
[une piste utile : Le bon moment de faire cela c'est au moment des présentations. Lorsque au début de la rencontre, les membres de votre groupe se présentent ainsi que votre organisation, ils s'assureront de bien citer les personnes (amis, proches ou collègues - par exemple des membres de votre conseil d'administration) qu'ils peuvent avoir en commun avec l'élu ou son assistant. Bien souvent les processus de rédaction des réglementations grâce à ces liens personnels et informels. De même, les membres du groupe devront prendre soin de mentionner brièvement toutes autres questions sur lesquelles ils ont déjà pu travailler avec l'élu/assistant (Attention, assurez-vous de bien remercier l'élu/assistant si ils se sont déjà impliqués en votre faveur. L'élu/assistant sont des personnes humaines eux-aussi, ils seront probablement plus disposés à vous aider si on les remercient pour le bon travail déjà réalisé)]
4. Soyez précis sur ce que vous voulez demander à l'élu

Sachez ce dont vous allez parler avant de passer la porte. Si vous ne pouvez pas répondre à la question "quelles sont les actions concrêtes ou les positions que vous voulez que l'élu/assistant prenne ?", alors vous n'obtiendrez rien de votre visite de lobby.
[une piste utile : si vous n'êtes pas sûr que l'élu soit prêt à soutenir vos positions, vous devrez avoir à votre disposition une série de demandes qui exigeront des niveaux d'engagements de sa part de moins en moins importants. - par exemple l'introduction d'un amendement juridique que vous soutenez avec lui en matière de conservation des océans, l'écriture d'un courrier à destination d'un président de commission parlementaire, son appui pour entrer en contact avec un autre élu important pour votre sujet, etc. Dans le cas où votre demande principale ne reçoit qu'un accueil tiède ou évasif de la part de l'élu, préparez à l'avance une demande d'un niveau d'exigence moindre afin d'obtenir malgré tout un "oui" concret et ferme. Mais c'est à vous d'en juger. Si vous estimez que vous pourrez malgré tout obtenir une réponse favorable sur votre demande principale à l'occasion d'une réunion ultérieure avec l'élu, n'essayez pas alors de négocier une demande de niveau moindre].

5. Défendez vos points de vue clairement


Ce qui suit est une règle générale : le plus vous vous entrainez à remplir le rôle qui vous a été assigné dans le cadre de la visite, le plus simple sera votre argumentaire.

N'oubliez jamais de personnaliser vos enjeux. Incluez des exemples issus de votre expérience personnelle ou de celle de votr groupe pour illustrer votre position (c'est pourquoi les "conteurs" sont si importants : on se souvient mieux d'un fait qui est inclus dans une histoire, plutôt que présenté de façon isolé). Les élus et leurs assistants doivent savoir dans quelles mesures ce que vous présentez concerne leurs circonscriptions. N'essayez pas d'utiliser trop de chiffres pour renforcer votre présentation, essayez plutôt de vous appuyer sur le côté humain. L'élu ou son assistant devra alors dire "oui" ou "non" à des humains, pas à des faits abstraits.

6. Soyez l'expert


L'élu et son assistant ont un temps et des ressources limités pour un sujet. N'oubliez-pas, vous en savez plus qu'eux sur les différents points qui menacent les océans. Un assistant ne saura probablement même pas ce que sont les sources diffuses de pollution des océans. Expliquez ces concepts - clairement et succinctement. Reliez-les en permanence avec vos demandes, que ce soit dans cet entretien ou dans les suivants. Proposez leur de leur fournir de plus amples informations si besoin sur le enjeux marins. Un jour, c'est le secrétariat de l'élu qui vous appellera pour vous demander de l'aide. Et ce jour là vous saurez que vous avez établi une relation forte et crédible.

7. Soyez honnête


Si vous ne connaissez pas la réponse à une question, dites leur que vous chercherez la réponse et que vous leur enverrez plus tard. Il n'y a aucune honte à devoir les rappeler pour fournir les informations, et le point le plus important à établir dans une relation est votre crédibilité.

8. Ecoutez


Ne monopolisez pas la conversation. L'élu/assistant peut avoir des inquiétudes légitimes auxquelles vous pouvez répondre. Et il est toujours utile d'en savoir le plus possible sur leurs points de vue, que vous soyez ou non d'accord. N'ayez pas peur de poser des questions. De nouvelles informations est TOUJOURS utile.

APRES LA VISITE DE LOBBY


9. Suivez


Vérifiez que vous laissez bien votre nom, votre adresse et téléphone et demandez la carte de visite de l'assistant. Qu'ils soient d'accord ou non avec vous, quand vous rentrez, rédiger une lettre pour remercier l'élu/son assistant d'avoir bien voulu vous rencontrer. Rappelez leur les points sur lesquels ils se sont engagés à agir ou à se positionner publiquement. Demandez-leur de vous tenir au courant des évolutions et des résultats. Incluez toutes les informations que vous vous étiez engager à fournir, ou dites leur quand vous leur transmettrez.

N'oubliez pas. N'importe quelle relation nécessite une communication continue, allant de la connaissance de la personne à passer du temps avec il/elle. Essayez d'obtenir l'accord de l'élu/assistant pour faire au moins une chose, et n'arrêtez pas de l'appeler jusqu'à ce qu'il vous dise clairement qu'il la faite, ou qu'il ne la fera pas. Vous devez être très insistant, en particulier jusqu'à ce que vous ayez établi une relation avec lui. Le pouvoir, la pression rendra l'assistant plus à l'écoute pour travailler avec vous. Toutes lettres de recommendations, d'organisations, de groupes de terrain, toute couverture média et soutien écrit sont importants. Mais ... restez toujours poli, tout en étant ferme.

A faire impérativement: mettez systématiquement en avant les actions positives. Si un assistant fait tout son possible pour vous aider, écrivez une lettre de remerciement à son élu pour le remercier de son travail.

10. Gardez la porte ouverte


Même si votre élu n'est pas d'accord avec votre position, ne lui reprochez jamais. Considérez que chaque entretien, chaque courrier est un investissement sur les futures discussions politiques. Ajoutez votre élu/assistant à vos listes de diffusion et invitez le à participer à vos visites de terrain. Etablissez une relation vivante et continue avec votre élu ou son assistant(e).

Pour conclure avec des petits trucs utiles :


  • A ne pas faire : ne pas polarisez sur le travail tout le temps. Apprenez à les connaître. Demandez-leur comment ils sont devenus politiciens, pourquoi. Racontez leur vos histoires personnelles et écoutez les leurs.
  • A faire : essayer de convaincre l'élu et l'assistant de participer à une visite avec vous dans leur circonscription.
  • A faire : identifiez les organisations de base, de terrain, qui pourront relayer votre lobbying et parler en votre nom dans le futur [par exemple : des personnes d'entreprises locales, des officiels des administrations locales].
  • A faire : prenez bien en compte les médias locaux et les approches de lobbying qui partent de la base. De nouveau, le plus votre cible (l'élu/assistant) voit que vous avez une capacité de faire bouger positivement ou négativement les choses à travers des campagnes ou des médias locaux, le plus il vous sera facile d'avoir une influence sur lui lors du prochain contact.

ET SURTOUT


11. Amusez-vous


N'oubliez pas, ces personnes [élus, assistants] travaillent pour VOUS. C'est une chance unique pour vous de participer au jeu démocratique."

Autre guide : fondation Gordon and Betty Moore : the just engough planning guide