vendredi 4 janvier 2013

Wilderness où la recherche de la pureté écologique


Kelp (d'après blog.farmerd.com)
Le 'Wilderness' est un concept issu des débuts de la photographie au XIXième siècle. Les premières photographies de la zone du Yellowstone ont montré la beauté des paysages et donné l'illusion d'une nature sans l'homme. En fait, l'homme était bien présent (des amérindiens) mais pas présents sur les photos... Ces photos ont provoqué un engouement, notamment au sein de familles très religieuses car elles faisaient écho à des concepts religieux tels que celui de l'Eden perdu. Le parc du Yellowstone a été créé, les indiens chassés et les grands mouvements philosophiques du wilderness ont été lancés.



Le Wilderness est très présent chez les cadres dirigeant les fondations américaines et certaines ONGE

La philosophie du wilderness est une recherche de la pureté écologique, sans l'homme. Elle est très présente dans des catégories de la société qui idéalisent l'environnement sans en être un usager quotidien : grands urbains et/ou classes sociales aisées, voire très aisées et/ou sympathisants ou promoteurs d'une vision religieuse du monde notamment dans certains mouvements religieux issus du protestantisme nord américain.

Aujourd'hui, cette notion de wilderness est plutôt présente dans une approche anglo-saxonne de la nature et de l'écologie. Elle structure ce qu'on appelle une approche conservatrice de l'environnement. Elle côtoie ou s'oppose à une vision plus européenne qui reconnait elle le droit à l'homme d'avoir un impact raisonné sur l'environnement, en le considérant comme partie intégrante de cet environnement.


Wilderness, un risque d'approche idéologique

Les adeptes du wilderness auront tendance à idéaliser les approches de type réserves naturelles sans activités humaines, et donc sans pêche. Quitte à promouvoir ces outils de gestion à grande échelle et a priori, sans nécessairement avoir toutes les preuves de leur efficacité sur une zone donnée.


Le Wilderness peut aussi conduire à l'accaparement des mers et à l'exclusion 

Développer article tanzanie, magnus johnson marc dowie